Cette grossesse qui m’a détruite

le

Bon j’avoue le terme « détruite » est peu être un peu fort, un peu « racoleur », mais j’ai sûrement bien fait puisque vous êtes en train de lire mon article! Héhé!

Plus sérieusement je souhaite évoquer avec vous aujourd’hui cette grossesse qui m’a certes offerte ma fille, la prunelle de mes yeux, mais celle aussi qui m’a détruite en tant que femme. On parle souvent du bonheur ressenti mais cette souffrance est généralement tue.

Destruction physique

jana-sabeth-schultz-ESlOYaAkJRA-unsplash
Unsplash

Tout d’abord le corps. Et oui le corps il morfle, vous avez beau vous dire que vous avez porté la vie, qu’il n’y a rien de plus merveilleux, oui c’est évident, mais votre corps s’en souvient. Votre corps est meurtri à tout jamais, il porte les stigmates de la grossesse, de l’accouchement.

Je ne pensais pas devoir faire le deuil de ce corps d’avant. Je me disais que j’arriverai à perdre le poids pris durant ma grossesse avec un peu de sport. Et pourtant non, malgré mes 12 kg accumulés pendant ma grossesse, j’ai encore, après bientôt un an à perdre mes derniers kg: 3/4 en l’occurrence. Alors oui, pour certaines le poids à perdre peu paraître dérisoire dans mon cas, mais peu importe le nombre de kilos, si vous êtes mal dans votre peau, ben vous êtes mal dans votre peau, que ce soit avec 3 kg ou 10 kg « en trop ». J’ai bien essayé de les perdre ses kilos, sport, cardio, cross training et malgré mes efforts je n’en vois pas les bénéfices (physiques du moins).

Les vergetures, parlons-en de ses cicatrices zébrées! Alors oui j’en avais déjà quelques unes sur le corps avant ma grossesse, mais peu de temps avant l’accouchement de nouvelles sont apparues au niveau des poignées d’amour (d’ailleurs qui a surnommé cette partie là du corps les « poignées d’amour »? C’était censé les rendre moins disgracieuses??). Malgré mon « tartinage » quotidien elles sont quand même apparues, ben oui si t’as une peau pourri tu auras beau t’hydrater cela ne changera rien… En plus d’être ô combien moches (il faut bien se le dire), elle n’ont fait horriblement mal pendant plusieurs mois au point de ne pas pouvoir passer ma main dessus. J’attends donc qu’elles blanchissent afin d’êtres moins visibles, mais je ne pensais pas que ça prendrait tant de temps…

Les cheveux, cette espèce de crinière qui trône sur le haut de mon crâne! Oui mes cheveux ne sont plus du tout les mêmes! Une chevelure de rêve pendant la grossesse (cheveux soyeux, brillants, non cassants, merci les hormones!), et là on dirait une serpillière…  Un constat bien tardif, je pensais que la chute des hormones s’opérerait juste après l’accouchement, il semblerait que pour ma part ça ai pris un peu plus de temps. Me voilà donc avec des cheveux secs (genre de la paille, tu vois?), ultra emmêlés, soyeux comme du foin, bref je ne vend pas du rêve. Tout ça malgré les soins apportés (quand j’en ai le temps évidement, pour ça je vous laisse lire cet article là). Il faut donc sérieusement que je pense à les couper…

Lés nénés, bon je ne vais peut être pas épiloguer sur ce sujet, même si ça doit en intéresser plus d’un (pervers que vous êtes!). Ben figurez-vous que eux aussi changent! Pendant la grossesse c’est le top du top! Et puis après c’est la cata, encore plus pour celle qui ont allaité (chapeau pour votre dévotion). N’ayant pas allaité ma fille (pour des raisons que je vous expliquerai peut être un jour), j’ai un peu été épargné de ce côté là (youpi, danse de la joie).

Le ventre de 3 mois de grossesse. Oui c’est ainsi qu’on pourrait l’appeler. Ce petit bidou disgracieux (ou moelleux à voire), qui persiste même après plusieurs mois, celui qui te fait porter des hauts amples sous peine d’entendre « alors c’est pour quand?? ». Celui que tu as peut-être tant aimé pendant la grossesse, celui que tu as caressé à longueur de journée; celui que tu camoufles aujourd’hui ou que tu oses à peine regarder… Pour certaines il est plat mais totalement flasque, pour d’autres il est encore rondelet dirons nous… Chaque bidou est différent, et même si il a porté la vie on aimerait qu’il soit de nouveau comme avant…

La cicatrice de la césarienne, là encore je ne vais pas m’étaler sur le sujet car j’ai accouché par voie basse, mais je pourrai vous parler des dégâts de l’accouchement sur notre périnée ou même ailleurs (si vous voyez ce que je veux dire), mais j’ai peur de vous faire fuir…

Destruction psychologique

dmitry-schemelev-h5xANSOT2qY-unsplash
Unsplash

En plus des destructions physiques que nous subissons à cause (oui oui à cause) de l’accouchement, ça m’a personnellement totalement chamboulé l’esprit.

Tout d’abord les neurones, oui je pense que ma fille en a pris un paquet au passage (tant mieux pour elle ceci dit), mais j’ai toujours des trous de mémoire (« t’inquiète c’est juste pendant la grossesse » qu’on me disait! Balivernes tout ça). C’est d’ailleurs inquiétant je devrais peut être consulter avant de finir totalement abrutie…

Les anti-coprs! Je ne sais pas si c’est psychologique où si là encore ma fille s’est servi au passage mais je suis tout le temps malade depuis mon accouchement! Rhumes à répétition, angine, gastro et j’en passe. Est-ce la fatigue qui me rend tout simplement plus faible et donc vulnérable à la moindre connerie qui passe? Pourquoi ce n’est pas Papa qui a partagé ses anti-corps avec bébé? On se fait vraiment arnaqué, je vous le dis!

Adieu la femme, bonjour la maman. Oui je pense que ma vie de femme a été mise entre parenthèse depuis l’arrivé de Ninoute, pour combien de temps je l’ignore, mais j’ai l’impression de n’être qu’une maman… C’est encore un truc de femme ça, jamais un homme ne vous dira « je me sens plus papa que homme depuis l’arrivée de mon enfant » LOL!

L’hyper émotivité! Bon oui je l’avoue je suis quelqu’un d’assez émotive de base, mais est-ce normal de pleurer comme une madeleine à la moindre prouesse de son bébé ou au contraire à sa moindre « blessure »?

La confiance en soi. Elle aussi est remise en cause en permanence. Suis-je une bonne mère? Est-ce la meilleure chose pour mon bébé? Est-ce que je m’y prend bien? Entre tout ce qu’on voit et tout ce qu’on lit concernant les méthodes d’éducation, ce que font certaines mamans ou d’autres, il n’est pas facile de se positionner… Je ne pense pas que mon mister S se pose toutes ces questions (encore un truc de femme ça, on réfléchit trop je crois!). Il est très impliqué au quotidien comme vous pouvez le lire ici, mais il se fait surtout confiance, il suit son instinct et celui de sa fille, je devrais sans doute en prendre de la graine…

Alors oui sur les réseaux sociaux, les mamans s’affichent la plupart du temps tout sourire en mode « maman parfaite« , mais c’est une façade, toutes les mamans, ont connu ou connaîtrons des moments de fatigue, des coups de mou, des moments de faiblesse, de remise en question, mais peu en parlent ou le montrent. Combien de fois j’ai pleuré avec ma fille dans ma bras (je me demande d’ailleurs laquelle de nous deux pleurait le plus fort), parce que oui j’étais à bout, fatigué, je n’arrivais pas à la calmer, pour m’afficher le lendemain tout sourire avec ma fille? Parce que c’est ça être maman, aimer plus que tout son enfant au point de s’oublier, passer par des états émotionnels en forme de montagnes russes, mais pour rien au monde je ne laisserai ma place, parce que je l’aime ma fille et cette jolie famille qu’on a construite!

Alors oui j’ai vécu une grossesse merveilleuse, mais l’après grossesse est un peu plus difficile, j’ai l’impression d’avoir mieux vécu les premiers mois de ma fille qu’en ce moment, mais ce n’est qu’une passade…

Merci d’avoir pris le temps de me lire.😘

Et vous comment vivez-vous l’après grossesse? J’attends vos témoignages.😉

 

logo

 

Publicités

27 commentaires Ajouter un commentaire

  1. queenee971 dit :

    Que dire pleins de choses. Je te rejoins en plusieurs point. Sauf que je ne me considère pas détruite par elle. Moi la voleyeuse athlétique que j’étais, je n’ai plus le ventre et les fesses musclés. Je me suis pas remise au sport donc je ne sais pas si les kg en trop feront la résistance.
    Les vergetures, oui malgré passage de crème huile etc quotidien j’en ai autour du nombril et les fesses. Je me suis dit adieu bikini. 😓 . Pour les seins. Je n ai jamais eu bcp de poitrine. Même enceinte. J’ai allaiter et c t super d avoir pris 2 taille. Mais l’allaitement est fini adieu poitrine de rêve. C vrai qu’ il ne sont plus aussi mignon qu’avant mais je m’y suis habitué.
    Le plus dur pour moi c’est les cheveux. Je n’ai pas eu les beau ongles ni cheveux soyeux. Mais il ont bcp poussé. Et avec l arrêt de l allaitement j’ai perdu une bonne partie de ceux de devant. J en ai pleurer car j’ai des locks et ça se voit trop.
    Heureusement j’ai une bonne nature de cheveux donc la il répousent mais pas assez vite à mon goût.
    Il est vrai qu’ on dit que la grossesse c magique. Mais » le Après  » silence radio.

    Aimé par 2 personnes

    1. Ninoute dit :

      Merci bcp pour ton témoignage, ça m’a fait du bien de coucher ses maux sur papier (façon de parler). Ça fait du bien de se dire qu’on est pas seule.. Encore merci :). Si tu es sportive de base et que tu reprends ton corps va se remuscler !

      Aimé par 1 personne

      1. queenee971 dit :

        espérons le. Je sais déja que je ne reprendrais pas le volley. Plus motivée. peut être la marche ou salle de sport. je ne sais pas encore.

        Aimé par 1 personne

      2. Ninoute dit :

        C’est pas évident de trouver du temps pour soi mais il le faut pour l’équilibre de la famille 😊

        J'aime

  2. PapaPik dit :

    Tres jolie poste que je ne peux répondre malheureusement

    Aimé par 1 personne

    1. Ninoute dit :

      Merci. Oui c’est sûr, mais ça peut permettre à certains papas de comprendre les réactions et les comportements de leur femme post grossesse 😉

      Aimé par 1 personne

  3. Arf j’ai mis un an à avoir de nouveau un rapport après chaque grossesse. Je me sentais moche, sale (avec les fuites urinaires), fatiguée… très fatiguée.
    Toujours 7kg a perdre … 2 tailles en plus car beaucoup de cuisses et de hanches.
    Césarienne jai eu.
    Voie basse j’ai eu.
    Vergeture aussi.
    Tendinites aux épaules, bras et coudes …
    Mal de dos …
    Neurones je les ai encore je crois lol
    Sommeil fini … beaucoup de trouble du sommeil et de déprime.
    Mais bon je les aime mes fils.
    Pas facile d’être maman. Le corps morfle

    Aimé par 2 personnes

    1. Ninoute dit :

      Mille merci pour ton commentaire, bcp ont du mal à comprendre notre souffrance malgré notre bonheur d’être maman. Je prends sur moi pour accepter ce corps mais c’est pas facile… Bon courage à toi!😉

      J'aime

  4. LilaRose dit :

    Le corps change de toute façon à 30 ans on récupère pas comme à 20 alors j’imagine pas plus tard ^^ je t’avoue que c’est qlqch qui me fait un peu peur de voir tous ces changements physiques et émotionnels… mais je me dis que j’oublierais tout une fois que j’aurais ce rôle magnifique de maman tout ça et tellement abstrait quand tu ne l’as pas connu en tout cas c’est pas ça qui va m’arrêter ! En tout cas pour en avoir parlé tu es une maman merveilleuse et toujours aussi magnifique alors certes qlq traces on été semées mais d’ici qlq temps ça se sera estompé. Prends soin de toi ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Ninoute dit :

      Oh merci ma chérie..! ❤️. C’est rien face au bonheur d’être maman, et puis certaines femmes vivent très bien l’après grossesse, ça sera peut être ton cas 😌. Enfin pour ça faudrait déjà s’y mettre 😍 !

      Aimé par 1 personne

      1. LilaRose dit :

        Bientôt 😉 j’ai tellement hâte 🤗 chaque femme est différente mais je pense comme tu dis c’est rien comparé au bonheur ❤

        Aimé par 1 personne

  5. Ici c’est surtout ma 3ème grossesse (enfin, surtout mon 3ème accouchement) qui m’a détruite physiquement (descente utérine). Ca m’a traumatisée. Mais j’ai mis toute mon énergie dans mon périnée, une vraie tarée, et aujourd’hui, les dégâts sont à peu près réparés. Mais on garde des fragilités, qu’elles soient visibles ou non, qu’on les accepte ou non.

    Aimé par 2 personnes

    1. Ninoute dit :

      Merci pour ton témoignage, moi tout s’est bien passé, je n’imagine pas dans quel état je serai aujourd’hui si ça n’avait pas été le cas…

      J'aime

  6. Madeleine dit :

    J’ai la sensation que vous avez posé des mots simples sur un bouleversement que je n’arrivais pas à décrire, sans doute par peur de me l’avouer. Alors un grand merci

    Aimé par 2 personnes

    1. Ninoute dit :

      Merci bcp pour votre retour. Ça m’a fait du bien de rédiger cet article, j’ai l’impression que bcp de monde s’y reconnaît, on se sent moins seule… ☺️

      J'aime

  7. Aurelie dit :

    Salut, je viens de découvrir ton témoignage et pour une fois (fait très rare) je souhaite déposer un commentaire.
    Je n’ai pas subi de destruction physique de mon corps. A l’inverse de toi des problèmes hormonaux m’ont fait maigrir de façon importante pendant ma grossesse et j’en subis toujours les désagréments (oui ça marche aussi dans l’autre sens).
    Par contre, la destruction psychique est très vraie, je trouve. En tout cas je m’y retrouve dans ton témoignage. Qui suis-je depuis l’accouchement? Aujourd’hui mon fils a 7,5 ans et je revis vraiment depuis ses 3 ans (l’entree à l’école pour ma part).
    Cette expérience m’a tellement marqué que je ne souhaite pas avoir de 2ème enfant; décision que mon mari ne comprend pas. Ben ouais c’est tellement plus simple pour les hommes :/
    Bref, il n’y a pas de solutions miracles, tu remonteras la pente post accouchement et tu retrouveras une vie plus similaire à ta vie d’avant (mais avec une petite fille en plus quand même 🙂 ).
    Merci d’avoir pris le temps d’écrire ce que beaucoup (moi y compris) ne disent pas au risque d’etre prise pour une hystérique ou une mauvaise mère (oui oui nous sommes au XXI émue siècle).
    Bon courage à toi
    Aurélie

    Aimé par 1 personne

    1. Ninoute dit :

      Bonjour, merci bcp pour ton témoignage même si celui-ci ne me rassure pas ! J’espère aller mieux avant les 3 ans de ma puce !!
      C’est courageux d’assumer de ne pas vouloir de 2ème enfant, bcp n’assument pas et d’autres ne comprennent pas. Pour ma part je souhaite un autre enfant en espérant qu’il ne m’achève pas !! Hihi. Je suis loin d’être une mère parfaite un brin hystérique oui (mais on va mettre ça sur le compte des hormones !!). A bientôt sur mon blog peut être. Belle journée à toi.

      Aimé par 1 personne

  8. Cécile dit :

    Merci pour ces mots!! Pour cette franchise !!! Je me reconnais dans beaucoup de vos propos et je me sens un peu moins seule… bon sauf que moi il va avoir 3 ans et j’ai l’impression de ne pas avoir beaucoup évolué… mais j’y travaille comme on dit. Merci en tout cas

    Aimé par 2 personnes

    1. Ninoute dit :

      Merci à vous de m’avoir lue. C’est pour ça que j’écris: se sentir un peu moins seule… Belle journée.

      Aimé par 1 personne

  9. Clr dit :

    Bonjour, je suis touchée de retrouver les sensations qui ont été les miennes face à ce corps différent et éprouvé. Grossesses faciles mais accouchements difficiles soldés par 2 césariennes et une hémorragie. Il y a encore 1 an je pleurai en en parlant. Ma mère a eu 5 enfants et m’avait prévenu : ‘un corps ça s’use’. Elle me le disait calmement, sagement, ayant accepté depuis longtemps son ventre à la peau parcheminé et sa poitrine  » asséché » par ses 5 nourrissons successifs. Oui, un corps ça s’use et la maternité est un don immense pour nos petits. On n’y est pas très préparée et l’idéal  » corps de barbie »après accouchement n’ est pas possible pour beaucoup d’entre nous. Avec le temps et parfois l’aide de la chirurgie (et pourquoi pas) on retrouve sa force et on regarde avec indulgence et amour son corps imparfait mais drôlement précieux.

    Aimé par 2 personnes

    1. Ninoute dit :

      Merci bcp d’avoir pris le temps de me lire et de témoigner. J’ai voulu mettre en lumière mon ressenti, qui est sans doute celui d’autres femmes, dans d’autres mesures peut être. La maternité est un bonheur immense, mais faut savoir accepter ces changements.. Je suis sûre que maintenant tu dois être heureuse avec tes enfants et que tes larmes ont cessé de couler…

      J'aime

  10. Lucie C. dit :

    Oh oui je te rejoints le corps a été mis à rude épreuve pendant 9 mois et +
    Je tente encore désespérément moi aussi. Mais en tant que maman le temps personnel, pour nous retrouver « nous » se fait beaucoup plus rare. Notre esprit aussi a du mal à se détacher de ce rôle de maman. Donc on apprend à vivre ainsi et accepter cette nouvelle vie ❤😉

    Aimé par 2 personnes

    1. Ninoute dit :

      Merci pour ton témoignage ma belle. On est maman avant tout… Une nouvelle vie pas forcément simple à accepter sur tous les points. Quand on voit nos petites bouilles d’amour on se dit que ça vaut largement le coup..😉

      J'aime

  11. Laurence dit :

    Bonjour Ninoute,

    Maman de quatre grands enfants ( entre 18 et 26 ans maintenant), je viens de terminer la lecture de votre post et en suis toute bouleversée.
    Ninoute vous êtes en pleine dépression et profonde.
    Que l’on est un coup de blues après un accouchement est normal, qu’il dure et on parle de dépression post-partum. La vôtre dure et n’a toujours pas été soignée.
    Ne croyez pas que mes suites de couches aient été des chemins parsemés de pétales de roses. Loin s’en faut. Je garde toujours des séquelles de chacune et la contraception donnée après la quatrième a entraîné un déséquilibre hormonal, contre lequel je me bats depuis plus de 10 ans. J’ai pris 40 kilos, Mes articulations sont plus raides….
    Cela étant, je savais qu’une grossesse modifie le corps et qu’à moins d’avoir gagné à la loterie génétique et/ou de disposer d’un coach, d’une cuisinière et d’une nounou à temps plein, eh beh je serai ce que je suis devenue.
    Le monde de l’image, du « paraître hypocrite »dans lequel nous vivons ne facilite pas les choses. D’autant que plus personne ne vous parle des transformations dues à la grossesse, à l’accouchement. On ne vous parle que des bons côtés, plus des mauvais. Etant bien plus âgée que mes soeurs et belle-soeurs, j’ai pu constater les différences dans les informations données entre mes grossesses et les leurs. Moi, je savais que je ne serai plus la même, elles j’ai dû les en avertir.

    Alors Ninoute, je vous en conjure, allez voir quelqu’un, faites vous aider.
    Trouvez le bon psy.
    Entourez vous de bonnes copines avec qui rire et dire des horreurs, oui, vous avez le droit de trouver votre magnifique bébé chiant, votre conjoint stupide, votre belle-mère gnian-gnian et j’en passe.
    Non, vous n’avez pas perdu vos neurones, ils sont juste surchargés d’émotions négatives.
    Vos cheveux et votre peau ont juste besoin d’une alimentation plus riche en nutriments que celle que je vous soupçonne d’avoir.
    Croyez moi, on s’en sort. Différente certes, mais on s’en sort.
    Et dites vous bien, que je ne vous juge pas. Vous êtes une mère et une femme formidable qui passe juste par une mauvaise phase. Ca arrive à tout le monde, sauf que personne n’ose l’avouer. Vous avez, avec ce billet, osé le faire. Ne vous reste plus qu’à poursuivre le chemin entamé avec ce post.
    Bon courage à vous
    Je vous embrasse, si vous le permettez.

    Laurence

    Aimé par 1 personne

    1. Ninoute dit :

      Bonjour Laurence,

      Je vous remercie d’avoir pris le temps de me lire, et de commenter de la sorte.

      Mais ne vous inquiétez pas, je vais bien, le terme « détruite » et un peu exagéré comme je le dis au début de mon article. J’ai voulu noircir un peu la réalité, car tout n’est pas rose dans la maternité loin de là. Mais effectivement il y a des choses bien plus graves dans la vie, et je suis heureuse d’être une maman en bonne santé et d’avoir une petite fille en bonne santé aussi et pleine de vie. Autant j’ai vécu une grossesse idyllique autant l’après grossesse est plus compliqué et je trouve que c’est un sujet que l’on aborde peu.

      Merci pour votre bienveillance.

      Je vous embrasse en retour.

      Emilie

      PS: Je vous invite à lire mes autres articles qui sont bcp moins noirs 🙂

      J'aime

  12. C’est très important d’en parler. J’avoue je n’ai pas trop ressenti ça. J’étais déjà trop fragile avant la grossesse. Mais c’est une histoire personnelle. Qui n’a pas sa place ici.
    Oui le corps, il faut du temps pour s’en remettre. Ce n’est pas anodin de porter et mettre au monde un enfant.
    Après 6 ans je commence à accepter mon corps. Même si j’entends encore des « alors c’est pour quand? ». Je souris. Il va falloir vivre avec.
    Merci pour ce partage vrai. C’est épuisant de voir à longueur de réseaux sociaux tant de mères parfaites!!!

    Aimé par 1 personne

    1. Ninoute dit :

      J’avais envie d’en parler parce que comme tu dis il y a bcp trop de mères « parfaites » ou qui se montrent en mères parfaites. Mais je suis sûre qu’en creusant chacune d’entres elles ont des petits complexes, des coups de blues, des moments de doute!
      J’espère que tu as transformé ta fragilité en force depuis….!

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s